top of page

LE MUSICIEN PRÉFÉRÉ DE TON MUSICIEN PRÉFÉRÉ : DANIEL JOHNSTON

VOUS CONNAISSEZ KURT COBAIN, MAIS CONNAISSEZ-VOUS DANIEL JOHNSTON ?



 

LA GRENOUILLE SUR LE T-SHIRT


Nous sommes le 9 septembre 1992 au Pauley Pavilion, à Los Angeles, États-Unis. La chaîne MTV, spécialisée dans les vidéoclips, décide d'organiser une cérémonie de récompenses à l’honneur des meilleurs… vidéoclips. Logique, jusqu'ici tout va bien.


Le top de la pop culture américaine est invitée (des années 90 bien entendu): Bryan Adams, Def Leppard, En Vogue, les Red Hot Chili Peppers et Eric Clapton, parmi d'autres. Impossible pour MTV de ne pas inclure dans cette liste Kurt Cobain, idole du grunge rock et "bohémien lunatique" (comme il s’appelle lui-même) à la tête de Nirvana. Il est très facile de deviner tout ce que MTV avait a gagner en invitant un groupe au summum de leur carrière (de l'argent et de la popularité, tout simplement).


Jusqu'ici, tout va bien, très bien même. Mais, comme il faut bien un mais, le groupe Nirvana est déterminé a jouer leur morceau "rape me" ("viole-moi", ni plus ni moins) extrait de leur album In Utero. Tout ne va plus bien, et MTV fait preuve de beaucoup d'appréhension, préférant le morceau "lithium" de Nevermind. Ces derniers acceptent, mais décident quand même de faire une blague à la chaîne en jouant les premiers accords de leur premier choix, avant d'opter pour l'option plus "safe".


On notera quand même une soirée mémorable, avec un Kurt Cobain en Godzilla du grunge détruisant tout sur son passage, un Dave Grohl se moquant ouvertement de Axl Rose, et un Krist Novoselic se prenant sa propre basse dans la figure.



Cadeau : Le fameux accident de Kris. Pour ceux qui s'inquiètent, il va bien, et ça lui a même permis de boire un petit coup de champagne avec Brian May, guitariste du groupe Queen. Tout ceci après l'intervention du SAMU, bien entendu.

Merci, Brian.


Toutefois, une cérémonie déjà culte l'est devenue encore plus grâce à un invité surprise, arboré sur le t-shirt de Cobain, sous sa chemise ouverte: Une grenouille, qui a l'air tout aussi surprise de nous voir, qu'on l'est en l'apercevant sur ce t-shirt devenu célèbre aujourd'hui.


HI, HOW ARE YOU?


Ce célèbre amphibien est "Jeremiah", une invention issue de l'imagination de Daniel Johnston , chanteur, compositeur et artiste né le 22 janvier 1961 en Californie.


Rock Alternatif ? Avant-pop? Lo-fi? On galère à l'inscrire dans un genre de musique, tellement c'est particulier. C'est pour ça que la solution la plus simple consiste a le mettre dans la joyeuse bande que l'on appelle les "outsiders", c'est-à-dire des musiciens qui :

1/ Ne font pas partie de l'industrie


2/ Ne respectent pas les conventions musicales, soit parce qu'ils n'ont pas la théorie, soit parce qu'ils n'ont

pas la théorie ET n'en ont strictement rien à foutre.

La star en question: Jeremiah,

tête d'affiche de l'album Hi, How

are You? , sorti en 1983.


Daniel Johnston fait partie de ces électrons libres maîtres de leurs créations. Très beau titre, mais qui s'accompagne souvent de galères. Il lance sa carrière musicale sur une boom box à soixante dollars et un piano. Pendant dix ans, son activité musicale se résume à la distribution manuelle de ses enregistrements aux passants dans la rue et au McDo du coin, dans lequel il travaille. Il fallait bien commencer quelque part, et pour vous donner une idée de la détermination du gars, petit détail: Pour chaque bande, il doit tout réenregistrer depuis le début.


Ses enregistrements se font rapidement remarquer pour leur style brut. Le morceau "Walking the cow" est particulièrement efficace surtout parce que le bruit de fracas des touches fait office de percussion . Sa voix encore adolescente devient touchante tellement les paroles sont simples; allant de l'amour à la mort , en passant par les Beatles et Casper le gentil fantôme.


STORY OF AN ARTIST


Même si son univers musical et visuel n'est pas le choix le plus sûr en soirée . Il vaut le détour, car derrière son style complètement délirant se cache un artiste qui croît sincèrement en ce qu'il écrit; et il faut le dire: cette passion est contagieuse. Sans chichis ni manières, il chante comme ça lui vient et ce qui lui vient.


En 1985, il apparaît sur le programme "The Cutting edge", se centrant sur la "New Sincerity" (Nouvelle sincérité) et trois années plus tard il enregistre son album 1990 avec le producteur Mark Kramer. Kurt Cobain finira par booster considérablement son statut "culte" en incluant son album Yip/Jump Music de 1983 dans la liste de ses albums préférés.

Et oui, comme quoi, être reconnu par l'un des musiciens les plus iconiques de la fin du XXème siècle, et qui plus est, au sommet de sa carrière, ça peut potentiellement aider. On s'étonnera pas de mon manque d'étonnement.


Sa popularité, trop tardive peut-être, est accompagnée d'une dégénérescence de sa santé mentale. Diagnostiqué d'un trouble bipolaire, il souffre de nombreuses crises, et se voit dans l'obligation d'être interné dans un hôpital psychiatrique lorsqu'il frôle la mort avec son père pendant un retour de tournée en avion. En effet se prenant pour son idole d'enfance, Casper, il retire la clé de l'avion en plein vol, que son père doit alors faire atterrir tant bien que mal en plein mieux d'un bois. C'est pas gagné, mais il y arrive (c'est toujours pratique d'être un ancien pilote de l'armée dans ces moments); il n'est reste pas moins que Daniel Johnston doit à la fois gérer une carrière musicale en pleine expansion, et des problèmes personnels qui vont le poursuivre tout au long de sa vie.


Heureusement, il continue d'enregistrer pour Atlantic Records en 1994, et ce durant deux bonnes années. C'est le label Elektra Record qui propose en premier mais Daniel Johnston refuse, car Metallica en fait également partie, et ce dernier, ayant reçu une éducation puritaine, refuse de travailler dans le même studio que des "sataniques", par peur d'être blessé. C'est très dommage, car on aurait potentiellement pu assister a la seule collaboration pouvant mettre d'accord l'Abbé Pierre et Marilyn Manson…


Réputé mais libre, il diversifie par la suite ses créations. Ses illustrations, dessinées d'un trait simple et reconnaissable, souvent sur un fond blanc, deviennent des œuvres exposées dans des musées. Il quitte les rues du Texas qui l'ont vue vagabonder pour s'illustrer partout dans le monde, avec la création d'une BD merveilleusement intitulée Space Ducks – An

Infinite Comic Book of Musical Greatness (Les canards de l'espace, une BD infinie de génialité musicale), et plusieurs documentaires dont il est l'objet.


Il meurt en 2019, laissant derrière lui un parcours de dingue et une bonne poigne d'inspiration pour tous les artistes à en devenir qui n'osent pas se lancer par peur du jugement.


Niveau matos c'est plus la même,

mai toujours autant de passion


C'est peut-être en ça que Kurt Cobain et Daniel Johnston se ressemblent: Pour les deux, faire de la musique, c'est fuir les emmerdes, se plonger dans un univers original, s'en tenir a des valeurs propres, et accéder à la popularité tout en échappant aux conventions.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page